L’Université s’empare du numérique responsable

L’Université de Rouen Normandie a lancé un groupe de travail portant sur le numérique responsable, un enjeu au cœur de l’actualité : nos équipements numériques sont de plus en plus pointés du doigt pour leur empreinte environnementale. 

Vers le numérique responsable

Le 24 janvier 2022, l’Université a lancé un groupe de travail dont l’objectif principal est de déterminer la stratégie à adopter en matière de numérique face aux enjeux environnementaux, économiques et sociaux. Il est porté par Judit Vari, vice-présidente Transformations pédagogiques, et réunit des membres du Service aux Usagers du Numérique, de la Direction des Services d’Information et du service Développement Durable et Responsabilité Sociétale de l’Université. Le groupe de travail numérique responsable s’intègre dans le cadre du plan Services publics écoresponsables dont la vingtième mesure est consacrée au numérique responsable, thème qui a fait l’objet d’une feuille de route dédiée en 2020. Il tombe à point nommé, une semaine après la publication du dossier presse « numérique responsable : et si nous adoptions les bons réflexes ? » publié le 19 janvier 2022 par l’Agence de la transition écologique.

Les impacts environnementaux du numérique

Selon l’Ademe, « le numérique est responsable de 3,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre et la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025. À titre d’exemple, un citoyen français possède en moyenne 15 équipements connectés, un chiffre bien supérieur à la moyenne mondiale qui est de 8. Or un appareil numérique présente des impacts écologiques importants durant toute sa durée de vie : de sa fabrication, à sa fin de vie en passant par son utilisation ». L’analyse des impacts environnementaux du numérique réalisée par l’Ademe a démontré que la principale source d’impact était la phase de fabrication, suivie de la phase d’utilisation. En effet, selon l’Ademe, 78% de l’empreinte carbone du numérique est générée lors de la fabrication, contre 21% pour l’utilisation. Ces données confirment l’importance des politiques visant à allonger la durée d’usage des équipements.  

L’Ademe a également réalisé une campagne de communication afin de sensibiliser les utilisateurs aux bonnes pratiques en matière de numérique. En complément de sa campagne de communication, l’Ademe publie un guide à destination du grand-public, intitulé « En route vers la sobriété numérique ». Retrouvez toutes les actualités liées aux bonnes pratiques sur la plateforme « Longue vie aux objets » et pour être éco-responsable au bureau, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.